Nouvelles

Question citoyenne - Décembre 2018

Si vous désirez obtenir plus d'information sur des sujets reliés à la qualité de l'eau, l'accès aux rives, la protection de milieux riverains, du fleuve Saint-Laurent ou des plans d'eau métropolitains, nous vous invitons à nous soumettre vos questions et nous tenterons d'y répondre au mieux de nos connaissances.
 

Ce mois-ci, un citoyen ayant récemment emménagé près du canal Lachine à Montréal, souhaite connaître l’état de la qualité de l’eau du canal.

QUESTION CITOYENNE

Un citoyen ayant récemment emménagé près du canal Lachine à Montréal, souhaite connaître l’état de la qualité de l’eau du canal.

RÉPONSE

Afin de connaître l’état de la qualité de l’eau du Canal Lachine, vous pouvez consulter le Réseau de suivi du milieu aquatique de la Ville de Montréal.

L’équipe a deux stations d’échantillonnage dans le canal Lachine, soit un en amont et un en aval. Vous pouvez obtenir sur la carte interactive les plus récents résultats des échantillonnages par station. Veuillez noter que les échantillonnages ne sont réalisés qu’en période estivale (des mois de mai à octobre) et qu’ils correspondent à un moment bien précis dans le temps ainsi qu’aux conditions météo correspondantes, soit le moment où l’échantillon a été pris.

Vous remarquerez que les derniers échantillonnages (01-04 octobre) sont classés « Bonne » (amont) et « Excellente » (aval). Le critère limitant pour les activités de contact direct (baignade) est 200 coliformes fécaux (COLI) par 100 ml d’eau alors que le facteur limitant les activités de contact indirect (ex. canot, kayak, pédalo, etc.) est 1000 COLI. Dans les deux cas, les échantillons sont sous la barre du 200 COLI pour les derniers échantillons pris. Cependant, il est plus intéressant de considérer l’ensemble des échantillons analysés au cours de l’année, ce qu’expose le bilan annuel que produit le RSMA. Vous pouvez consulter l’ensemble des bilans ici. De manière générale, les deux stations du Canal Lachine obtiennent presque toujours le sceau QUALO.

L’indicateur QUALO signifie le maintien d’une très bonne qualité bactériologique pour une station tout au long de la saison, bien qu’elle ait pu dépasser à l’occasion le critère de contact direct avec l’eau de 200 COLI. Pour pouvoir se mériter l’approbation QUALO, une station doit satisfaire deux conditions : ses résultats annuels ne doivent pas présenter une moyenne géométrique dépassant le critère 200 COLI par 100 mL et un maximum de 10 % (soit 2 échantillons sur les 20 analysés) des résultats peut dépasser 400 COLI par 100 mL.  

La météo est un facteur important lorsque l’on analyse la qualité de l’eau. De manière générale, la qualité de l’eau se dégrade lors d’épisodes de pluie. Les eaux de pluie ont deux effets : ils collectent et entraînent avec elles les contaminants qui jonchent le sol du milieu urbain (huiles et graisses de voiture, cendre et mégots de cigarettes, déchets échappés des poubelles, matières plastiques, etc.) et ils contribuent à faire déborder le réseau d’égout collecteur. Le centre et l’est de Montréal sont majoritairement constitués en réseau collecteur unitaire (voir la photo), c’est-à-dire que ce réseau collecte les eaux sanitaires des bâtiments et les eaux pluviales lors de précipitations (bouche d’égout dans les rues).

La rapide urbanisation de Montréal et son étalement à l’ensemble de l’île font qu’aujourd’hui, lorsqu’il pleut (10 mm) le réseau d’égout devient surchargé à tenter d’acheminer les eaux de pluie en même temps que les eaux pluviales à la station d’épuration dans l’Est de l’île. À titre informatif, cette station est la plus grosse en Amérique du Nord et la 3e plus grosse au monde.

Pour décharger le réseau, le trop-plein est dévié vers des conduites qui jettent l’eau dans les plans d’eau environnant (rivière des Prairies, lac Saint-Louis, lac des Deux-Montagnes, fleuve Saint-Laurent) ce que l’on appelle un débordement. De tels ouvrages sont aussi présents dans le Canal Lachine. C’est la raison pour laquelle nous recommandons de ne pas aller à l’eau dans un délai d’environ 48h à 72h suivant un épisode de pluie. Parcs Canada, gestionnaire du Canal Lachine, a l’habitude de fermer les accès à ses quais pendant 72h lors d’une pluie pour prévenir les risques. L’eau n’étant pas immobile (même dans le canal), 72h après, les contaminants ont cheminé avec le courant jusque dans le fleuve, renouvelant ainsi l’apport en eau.

La Ville de Montréal a plusieurs chantiers en cours pour des bassins de rétention d’eau qui permettront d’accumuler une plus grande portion du trop-plein d’eau lors d’épisodes de pluie. L’un de ces ouvrages, le bassin Rockfield, permettra de réduire de manière significative le nombre de débordements annuels dans le canal.

 

** Si vous désirez nous soumettre des questions afin que nous y répondions dans notre prochain bulletin, veuillez nous écrire à l’adresse suivante : info@zipjc.org **

 

Je soumets ma question

Retour à la liste des nouvelles
Ne manquez rien de l'actualité


Abonnez-vous à notre liste d'envoi afin de recevoir nos plus récentes nouvelles!

Abonnement


­